Tu n'écoutes pas

Tu n'écoutes même pas quand je crie, que j'appelle
Jamais tu ne liras les vers que j'ai écrits
Je finirai ma vie dans le fond d'une cour
Derrière une poubelle sous un tas de débris
Apeuré tel un rat par les hommes en colère
Et mon dernier poème qui mourra j'en suis sûr
Dans ta bibliothèque, au bout d'une étagère
N'aura jamais l'audience qu'il aurait espérée
Je n'ai trouvé en toi qu'une femme charnelle
Incapable d'aimer même au plus bas degré
Au corps magique mais à l'âme cruelle
Qui n'écoute même pas quand je crie, que j'appelle.