Le temps des canailles

Malmené par la faim et la vie de misère
D'un taudis oublié dans le vaste désert
Le petit Boujed-à, envoyé par son père
Retrouvait au bon Laghouat le gîte et couvert

Mais eut-il beau connaître l'habit citadin
Les bancs de l'école, le travail en gradins
Il mena tout le temps une vie de gredin
Le vilain personnage nuisible à plus d'un

Tel : Betidji, Zlattia, Mouchkil et consorts
Ces jouisseurs réputés par le mal et le tort
Amoureux de la haine, leur breuvage plein le bord
Des sinistres soudards sans pudeur ni remords

Le trafic d'influence et l'arnaque sont la fête
De ces obscurs, incultes, primitifs, malhonnêtes
Une meute puante, Mafihkheir à sa tête
De brigands affairés à s'emplir les mallettes

N'ayant su apprendre un moment à aimer
Montrer un jour, un peut de respect, ça jamais !
Boujed-à et sa bande de néfaste damnés
Se rejoignent en hordes comme des loups affamés

C'est ainsi que s'affecte la vie de toujours
De malappris venant en aveugles et sourds
Les mains libres d'agir pour pourfendre l'amour
Asservir la ville et les gens tour à tour

EL MIKDAM