Souvenir

Il y a un souvenir
Lâche et sournois
Que j’imagine
Tapi au fond de ma mémoire
Dans un coin sombre et froid
Parfois
Il sort au grand jour
Arrogant comme un roi
Me nargue en me montrant du doigt
C’était le temps de mes premiers amours
Et aujourd’hui encor je la vois
Avec ses grands yeux noirs
Cette fille
A la longue robe blanche
Au foulard de soie
Assise sur ce banc
A la gare du nord
Plongé dans sa lecture
Et moi
Perdu, n’osant l’aborder
Cette beauté si pure
Son train arrive
Elle se lève
En arrangeant sa robe
Me regarde avec étonnement
Sourit
Puis s’éloigne comme un rêve
Ce souvenir
Qui me poursuit
Et m’attriste
J’y pense encore aujourd’hui et me dis
Aurait-il fallu que j’insiste ?