La vieille

Elle a un doux visage,
Enigmatique et sans âge
Bruni par le soleil
Buriné par le temps
Les yeux en éveil
Les traits émouvants
Sculptés par la vie
Mais encore pleins de charmes
Érodé par des larmes
Depuis longtemps taries
Je t’imagine
Petite fille à la charmante frimousse
Je te vois, levée au petit matin
Courant pieds nus sur le sable fin
Riant des vagues qui t’éclaboussent
Je t’imagine
Vec ton premier amoureux
Timide et le cœur qui bat
Je vois ton premier baiser maladroit
Tes larmes de joies et ton premier adieu
Je t’imagine
Femme de marin
Passant des nuits et des nuits
Regardant par cette fenêtre
Tremblante de tout ton être
Attendant le retour de l’ami
Et puis un jour il n’est plus revenu
Depuis, tu l’attends en vain
Le temps n’a pu effacé ton chagrin
La mer, ta rivale, l’a retenu
Jouant au théâtre de la vie
Telle une Héroïne antique
De comédie et de tragique
Tu as composé ta mélodie
Cet être là a bien vécu
Mordu la vie à pleines dents
La vie le lui a bien rendu
Œil pour œil et dent pour dent