Aller vers : Vos poemes

Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ (1552-1630)

Recueil : L'Hécatombe à Diane


Sous un oeil languissant et pleurant à demi

Sous un oeil languissant et pleurant à demi,
Sous un humble maintien, sous une douce face,
Tu cache un faux regard, un éclair de menace,
Un port enorgueilli, un visage ennemi.

Tu as de la douceur, mais il y a parmi
Les six parts de poison ; dessous ta bonne grâce,
Un dédain outrageux à tous coups trouve place.
Tu aimes l'adversaire et tu hais ton ami,

Tu fais de l'assurée et tu vis d'inconstance,
Ton ris sent le dépit. Somme, ta contenance
Est semblable à la mer qui cache tout ainsi

Sous un marbre riant les écueils, le désastre,
Les vents, les flots, les morts. Ainsi fait la marâtre
Qui déguise de miel l'aconite noirci.