Aller vers : Vos poemes

Charles d' ORLEANS (1394-1465)

Recueil : Ballades


Quant vint a la prochaine feste

Quant vint a la prochaine feste
Qu'Amours tenoit son parlement,
Je lui presentay ma requeste
Laquelle leut tresdoulcement,
Et puis me dist : " Je suy dolent*
Du mal qui vous est avenu,
Mais il n'a nul recouvrement,
Quant la mort a son cop féru**.

Eslongnez hors de vostre teste
Vostre douloreux pensement !
Moustrez vous homme, non pas beste !
Faittes que, sans empeschement,
Ait en vous le gouvernement
Raison qui souvent a pourveu
En maint meschief*** tressagement,
Quant la mort a son cop féru.

Reprenez nouvelle conqueste !
Je vous aideray tellement
Que vous trouverés dame preste
De vous amer tresloyaument,
Qui de biens aura largement.
D'elle serez amy tenu :
Je n'y voy autre amendement,
Quant la mort a son cop féru. "


(*) triste
(**) a frappé son coup
(***) malheur