Au feu, au feu qui trestout mon cueur ard

Au feu, au feu qui trestout mon cueur ard
Par un brandon tiré d'ung doulx regard
Tout enflambé d'ardent desir d'amours !
Grace, mercy, confort et bon secours,
Ne me laissez brusler, se Dieu vous gard.

Flambe, chaleur, ardeur par tout s'espart,
Etincelles et fumee s'en part ;
Embrasé suis du feu qui croist tousjours.
Au feu, au feu !

Tirez, boutez, chassez tout a l'escart
Ce dur danger, gettez de toute part
Eaue de pitié, de lermes et de plours.
A l'aide, hélas ! Je n'ay confort d'ailleurs.
Avancez vous, ou vous vendrez* trop tart !
Au feu, au feu !

(*) viendrez